flora

Par flora

Mont Saint Michel

Parce que notre destination est incroyable, elle inspire de nombreux artistes.

Cette fois-ci, c’est Tristan Zandona, étudiant à Nancy, et amateur d’art poétique qui nous partage ce poème, écrit en souvenir d’un voyage dans notre région :

Le Mont Saint Michel

Des hauteurs d’un mont, prénommé Michel,
L’homme peut toucher, le ciel et l’éther,
Portant à son dos, une paire d’ailes,
Il devient ange, rejette la Terre.
Parmi les mortels, il voit sa langueur,
Changée par le mont en grande vigueur,

De celui qui hait les maux de son siècle,
Reclus dans son cloître aux portes de fer,
De celui qui fuit, comme le fit Thècle,
Il prend son envol, délaisse l’enfer,
Car oui ce lieu a de nombreux pouvoirs,
Peut-être réels ou bien illusoires,

Du haut du sommet, épouse le ciel,
Tantôt le soleil et tantôt la lune,
Tous deux il les aime encore et sans fiel,
Il ne choisit point plus l’autre que l’une;
Cet immense îlot, plutôt forteresse,
Au milieu de l’eau, berce et me caresse,

Il n’y a ni fleurs, ni ample verdure,
Pourtant moi j’y sens l’odeur de Nature,
Que des bâtiments aux pierres dures,
C’est le vent violent, dans son aventure,
Balayant les champs aux jeunes fleurettes,
Qui ramène à moi, sa senteur secrète;

Cent cinquante-sept, le nombre de mètres,
Où surplombe seul, l’archange majeur,
L’épée à la main, celle qui fait naître,
Contre le dragon, le coup ravageur,
Et j’espère un jour, m’élever ou choir
Vers le bel Eden ou l’enfer sans gloire;

Le Mont Saint Michel, cette œuvre plurielle,
Ou conjugaison, de maints éléments,
Par sa Trinité, terre, mer et ciel,
Suscite divers plaisirs sensoriels,
J’ajoute du moins, la touche finale,
A ce beau tableau, aux couleurs vernales.