Avatar

Par yann

Lors de notre arrivée sur notre lieu de vacances, nous avons programmé un atelier Poterie en Famille au Musée de la céramique de Ger.

Cet atelier allait être l’occasion de partager un moment créatif avec mon beau-fils, Yassin, de 10 ans. 

J’ai du un peu batailler pour obtenir son accord, car la peur de l’ennui, la pré-adolescence et l’idée de se retrouver seul, un après-midi complet avec sa belle-mère n’ont pas aidé à susciter son enthousiasme.

Mais j’attends beaucoup de ce moment spécial, rien que lui et moi, autour d’une activité inédite pour tous les deux. Une bonne occasion de renforcer notre complicité naissante. Aucun de nous deux n’ayant de compétences manuelles extraordinaires, l’expérience promettait d’être joyeuse et décomplexée !

Un atelier au cœur de la nature

Musée de la céramique de Ger est situé dans un hameau au cœur de la nature, si tôt descendu de voiture avec nos vêtements « qui ne craignent rien » et notre goûter, il nous semble que le temps s’est suspendu.

Nous nous retrouvons dans l’atelier avec une quinzaine de personnes de 3 à 75 ans, enfants, parents, grands-parents… impossible de distinguer les familles recomposées des autres, et c’est plutôt bon signe !

Nous récupérons nos numéros de pièces et l’animateur arrive, il nous guide vers la salle d’atelier, où nous attendent nos équipements : blouse, instrument et la terre bien évidemment. 

L’animateur potier s’installe et commence sa démonstration de tournage.

Tout le monde semble hypnotisé et sous nos yeux ébahis, un objet surgit des mains de ce magicien. Ce vase, aux formes généreuses et proportionnées, semble naitre et grandir devant nous. 

Il stoppe son tour de potier et nous explique que comme les nôtres, ce vase sera cuit puis peint, pour être vendu à la boutique.

Après un rapide tour des instruments et de leur utilité, c’est à nous. 

Premiers rires, premiers cris, des enfants qui touchent cette terre humide et froide. Avec pédagogie et patience, le potier nous guide, et nous aide pour que nous travaillions la terre dans le bons sens avec dextérité et assurance. 

Je suis impressionnée de l’aisance et la patience de Yassin à manier la terre, à s’appliquer pour faire monter les bords de son bol, d’échouer et de recommencer.  

De mon côté, c’est un peu plus approximatif…

Disons que je peux certainement entamer une carrière dans l’art moderne, mais en aucun cas utilitaire ou figuratif !

Un après-midi récréatif et créatif en toute simplicité !

L’atelier se termine, nous prenons le temps de regarder nos objets et un sentiment de fierté s’installe. Nous avons réalisé des bols ronds, réguliers, quasiment les mêmes que ceux de notre cuisine. Nous avons réussi à leur donner insuffler les émotions que nous avions tous les deux aujourd’hui : celle du partage et de la découverte.

Certains des participants habitant tout près reviendront chercher leurs œuvres dans un mois, après la cuisson. Quant à nous, nous repartirons avec nos œuvres crues à cuire dans notre location.  

Un goûter en pleine nature

Avant de filer raconter nos exploits créatifs au reste de la famille, nous avons savourer notre goûter dans la forêt toute proche, en échangeant sur nos sensations.

Un moment précieux pour Yassin et moi que nous garderons en tête bien longtemps.